Skip over navigation
RSS
Blog OroCommerce

Publié initialement le 24 mars 2020, mis à jour le 29 avril 2020.

Les autorités gouvernementales et les décideurs politiques s’efforcent d’endiguer la pandémie de COVID-19. Avec tant d’incertitudes sur la propagation de la maladie, il est difficile de prévoir les effets du COVID-19 sur le commerce B2B. Voici un aperçu de l’état actuel de la crise et des mesures à prendre à court terme, ainsi qu’un regard sur la manière dont les différentes industries font face au défi.

Implications commerciales du coronavirus COVID-19

Personne ne sait exactement combien de temps durera la pandémie ni combien de vies seront perdues. L’épidémie de SRAS de 2003 a été beaucoup moins importante et a coûté à l’économie mondiale la somme colossale de 40 milliards de dollars et à la Chine plusieurs mois de contraction économique. Depuis lors, la production économique de la Chine a été multipliée par huit, passant de 1 700 milliards de dollars à près de 14 000 milliards de dollars, et elle est étroitement liée à l’économie mondiale. Voici la situation à ce jour :

Mises à jour du 12 mai:

  • Nombre de cas 4 197 000, avec 286 000 décès, et 1 466 000 qui ont récupéré selon l’Université Johns Hopkins.
  • Le confinement de l’UE se relâche, mais l’Allemagne, la France, la Corée du Sud et Wuhan constatent une augmentation des infections, certaines pour la première fois depuis des semaines.
  • Les démocrates de la Chambre préparent un 4e plan de relance pour aider les gouvernements locaux à augmenter leurs dépenses et à poursuivre les contrôles de relance.
  • Au moins une grande compagnie aérienne américaine devrait faire faillite, affirme le PDG de Boeing, car la demande ne devrait pas augmenter avant septembre.
  • Le comté de LA prévoit d’ouvrir les sentiers de randonnée, les terrains de golf et les plages, tandis que New York vise une réouverture à grande échelle en juin des grandes entreprises.
  • De nombreuses villes canadiennes et américaines offrent et encouragent déjà le ramassage sur le trottoir pour les détaillants de briques et de mortier.

Mises à jour du 28 avril :

  • Le nombre de cas dépasse les 3 132 363, avec 217 000 décès, 938 000 guérisons selon l’université Johns Hopkins.
  • La reprise de l’activité aérienne intérieure chinoise est un bon signal pour les compagnies aériennes du monde entier.
  • Le comté de Los Angeles compte plus de 1 000 décès liés aux coronavirus.
  • CNN révèle à quoi peut ressembler la réouverture à New York avec le coronavirus.
  • La moitié des travailleurs dans le monde risquent de perdre leurs moyens de subsistance à cause du virus.
  • La plupart des entreprises françaises et espagnoles devraient rouvrir à la mi-mai.

Mises à jour du 21 avril :

  • Le nombre de cas dépasse les 2 501 158, avec 171 000 décès, 659 000 guérisons selon l’université Johns Hopkins.
  • Des taux de mortalité élevés sont liés aux foyers de soins de longue durée en Norvège, au Canada, en Irlande et en France.
  • On estime qu’environ la moitié des adultes à Los Angeles ont un emploi rémunéré.
  • Le nombre de patients hospitalisés à New York a diminué trois jours de suite.
  • Le Programme alimentaire mondial avertit que les cas de famine pourraient doubler cette année.
  • Après plus d’un mois de confinement l’Espagne autorise les enfants à sortir.

Mises à jour du 14 avril :

  • Le nombre de cas dépasse les 1 930 780, avec 120 000 décès, 462 000 guérisons selon l’université Johns Hopkins.
  • New York annonce la victoire sur le virus, alors que 7 Etats se joignent aux discussions sur la réouverture de l’économie.
  • La Chine rapporte un excédent commercial et que la plupart de ses cas de coronavirus proviennent de l’étranger.
  • Le programme Care Aid, d’un montant de 2 200 milliards de dollars, alloue 349 milliards de dollars aux PME, par tranches allant jusqu’à 10 millions de dollars.
  • Macron, le président français, suggère que l’espace Schengen reste fermé jusqu’en septembre.
  • L’Italie connaît le plus faible nombre de décès depuis plus de trois semaines.

Mises à jour du 7 avril :

  • Le nombre de cas dépasse les 1 365 000, avec 76 000 décès, 292 000 guérisons selon l’université Johns Hopkins.
  • Les décès à New York atteignent de nouveaux sommets, mais les hospitalisations ralentissent, ce qui donne à certains l’impression que les cas plafonnent.
  • La Chine rapporte zéro décès par jour pour la première fois depuis janvier.
  • On attribue à la généralisation du confinement le fait d’avoir sauvé des milliers de vies en Europe.
  • Les compagnies aériennes américaines entament des négociations sur l’aide contre le coronavirus en se concentrant sur les travailleurs de première ligne.
  • Dumbells constate une augmentation de 725 % de l’intérêt pour les services en ligne, Amazon restant la première destination pour le commerce électronique.

Mises à jour du 30 mars :

Mises à jour du 23 mars :

 

Ajoutez cette page à vos favoris et revenez régulièrement pour consulter les mises à jour de cette liste.

Commerce électronique B2B Coronavirus

Suite à la distanciation sociale, de nombreuses entreprises feront de leurs opérations de commerce électronique une priorité essentielle.

7 façons de réagir aux effets de COVID-19 avec le commerce B2B

Pratiquement toutes les entreprises impliquées dans le commerce mondial en ressentent les effets. Les entreprises du monde entier sont touchées par les réductions de production, la main-d’œuvre et les interruptions de production. Alors que les entreprises B2B se préparent aux effets à long terme de la crise, elles se posent de nombreuses questions sans réponse. Voici ce que vous pouvez faire dès maintenant pour atténuer l’impact du coronavirus sur votre entreprise de commerce électronique :

  • Comprendre que le maintien du statu quo n’est pas une option. Créez une équipe d’intervention avec un responsable de la chaîne d’approvisionnement qui rend compte directement au PDG. Allouez des ressources financières, communiquez les responsabilités de l’équipe de haut en bas et assurez-vous que chacun comprend chaque action nécessaire à la réalisation du plan.
  • N’oubliez pas que vos clients B2B et leurs clients comptent sur vous pour assurer le bon déroulement des opérations. Synchronisez vos systèmes d’entreprise et vos centres de distribution pour garantir que les informations en ligne sur les produits sont constamment mises à jour en temps réel.
  • Marquez clairement les articles en rupture de stock et assurez-vous qu’ils ne peuvent pas être commandés. En période d’incertitude, les clients ont besoin d’être assurés que les articles sont en stock et qu’ils seront expédiés s’ils sont commandés. Si les articles sont en rupture de stock, indiquez une date d’expédition réaliste.
  • Examinez les règles complexes de tarification ou d’expédition pour vous assurer qu’elles ne semblent pas augmenter les bénéfices pendant la pandémie. Cette perception a un effet négatif sur l’expérience du client et sur les ventes futures.
  • Mettez en place des moyens pour rassurer les clients sur l’exécution des commandes. Dans toute crise, chacun a plus de questions que de réponses. Les entreprises sont prudentes lorsqu’il s’agit de visiter des bureaux et des usines et de surveiller les travailleurs. Informez les clients sur la sécurité de vos employés et sur la manière dont vous manipulez et expédiez les produits.
    • Communiquez tout changement de produit dans la livraison et l’expédition, y compris les changements de fournisseurs ou de logistique. Par exemple, Walgreens a mis en œuvre plusieurs changements de politique, dont l’exemption des frais de livraison pour les ordonnances.
    • Partagez les nouvelles heures d’ouverture et tous les secteurs d’activité, qui seront déplacés en ligne. Par exemple, Apple ferme tous ses magasins de détail (jusqu’à nouvel ordre)
    • Expliquez les mesures que vous prenez pour maintenir un environnement de travail sûr. Pratiquement toutes les organisations, d’Amtrak au Marriott, intensifient les fonctions de désinfection et d’hygiène pour protéger leurs clients.
    • Envisagez de créer un portail ou un blog pour tenir les clients informés de l’évolution de la situation. Par exemple, Delta Airlines héberge un portail sur le coronavirus pour répondre aux questions les plus courantes.
    • Consultez la boîte à outils de réponse de la Chambre de commerce américaine pour vous aider à démarrer.
  • Si la demande des clients peut diminuer, elle peut aussi se tourner vers d’autres marchés. Surveillez les ventes et assurez-vous que les données sur les produits restent accessibles grâce à des recherches et des suggestions. Ajoutez des liens actualisés vers les autorités compétentes qui vous aideront à expliquer vos perturbations ou vos pénuries.
  • Comprenez que les employés peuvent avoir besoin de temps en dehors de leurs fonctions quotidiennes pour se concentrer sur leur propre réaction à la crise. Encouragez-les à passer du temps avec leur famille ou à faire du bénévolat au sein de leur communauté.

Comment les entreprises gèrent le COVID-19 et le commerce B2B

Bien que le coronavirus affecte chaque entreprise, les fabricants, les distributeurs et les détaillants réagissent différemment. Quel que soit leur secteur d’activité, les commerçants B2B font tout ce qu’ils peuvent pour minimiser les pertes pendant cette période difficile. Voici comment COVID-19 affecte le commerce B2B et comment les commerçants en ligne B2B y font face.

Le distributeur anticipe un ralentissement des ventes

Les clients du détaillant d’équipements d’entrepôt Wharehouse1 ressentent les effets du coronavirus sur leur activité. Les clients de Wharehouse1 sont des fabricants qui utilisent des principes d’allégement associés à une réduction des déchets et à un inventaire juste à temps (JAT). « Lorsque la chaîne d’approvisionnement mondiale ralentit ou s’arrête pendant un certain temps, ils ne peuvent pas obtenir les pièces dont ils ont besoin au moment où ils en ont besoin », explique Gary Selvera, président. « Ils doivent donc également ralentir ou arrêter leurs activités ».

Daren Froeschle, directeur du marketing, est d’accord. « L’impact continuera à toucher les fabricants américains qui dépendent de pièces étrangères incorporées dans les produits finis américains », explique-t-il. En réaction, Wharehouse1 a diversifié ses fournisseurs afin d’augmenter ses stocks pour répondre aux besoins des clients dans les mois à venir.

Un fabricant aux prises avec l’incertitude

English Blinds, un important fabricant de volets et de stores, connaît des difficultés dans pratiquement tous ses domaines d’activité. Les réactions du public et des politiques face au coronavirus contribuent également à accroître les inquiétudes concernant la logistique. Moss craint qu’à mesure que de nouveaux cas sont diagnostiqués, des personnes soient retirées du marché du travail, soit parce qu’elles sont atteintes, soit par mesure préventive. « Nous avons actuellement un chargement en provenance de Chine en transit qui pourrait arriver comme prévu… mais il est tout aussi probable… qu’il soit refusé ou mis en quarantaine », déclare John Moss, PDG. « Si nous savions que la cargaison ne nous atteindra pas », poursuit-il, « nous pourrions faire des plans avec d’autres fournisseurs en ce moment ; mais nous ne pouvons pas garder le double des quantités… en raison du manque de biens immobiliers pour l’entrepôt. »

« Nous attendons littéralement que notre navire arrive, ou n’arrive pas, selon le cas ! »

D’autres industries enregistrent des ventes record

Tout n’est pas sombre pour toutes les entreprises. Certaines industries ont connu une augmentation de leurs ventes. En tant que revendeur de produits électrolytiques, Powder Mix Direct a vu les ventes de février augmenter considérablement d’une année sur l’autre, et le mois de mars a également connu un excellent départ. « Généralement, la majeure partie de nos revenus provient, pendant l’été, des entreprises qui doivent contrer les effets du stress thermique », explique Tom Matun, président. Cette fois, il est certain que c’est la pandémie. « Nous pensons que ce sont les entreprises et les clients qui se préparent à une épidémie de coronavirus ».

Surtout, n’attendez pas pour agir

Les grandes organisations sont rarement agiles. Les gestionnaires peuvent résister aux changements, ce qui entraîne l’inaction dans toute l’organisation. « Si quelqu’un pense qu’il peut attendre pour sa stratégie de commerce électronique, la situation du coronavirus devrait l’inciter à penser différemment », déclare Yoav Kutner, PDG de OroCommerce. L’environnement du commerce électronique B2B est imprévisible et les entreprises ne peuvent se permettre de passer à côté d’une augmentation des ventes là où elles peuvent les trouver.

« L’un des clients de OroCommerce B2B a réalisé 1 million de dollars de ventes en ligne en une journée – c’est le double de son record, le triple de sa moyenne ».

Même si les centres de distribution sont capables de faire face à une forte demande, si les stocks ne sont pas numérisés et synchronisés avec les portails de clients en ligne, une entreprise peut survendre ou manquer une opportunité de vente. « Pour l’instant, les entreprises ont besoin de toute l’aide possible », poursuit M. Yoav. « Lorsque la demande est forte, les clients comptent sur les plateformes de commerce électronique B2B telles qu’OroCommerce pour obtenir des données précises sur les produits ».

Comment allez-vous gérer les effets de COVID-19 sur le commerce B2B ?

Alors que tout le monde traverse cette période difficile, il est important de se rappeler que tout cela est temporaire. L’équipe de Oro espère que vous resterez en sécurité et en bonne santé.

Ce post sera mis à jour avec plus d’informations dès qu’il sera disponible.

Back to top

Vous serez redirigé vers notre version anglaise de [title]. Voulez-vous continuer?

Oui Non